Premier canadanniversaire

Une petite recherche sur Google confirmera rapidement que je suis loin d’être original avec mon ridicule mot-valise… Pantoute ! C’est un peu comme l’article sur le nouveau char, chaque immigrant qui tient un blog passe par là.

Bref, tout ça pour dire que le 16 août l’an dernier, nous quittions le plat pays pour Paris, puis Toronto où nous allions passer la nuit. Le lendemain, nous reprenions un coucou à deux hélices pour rejoindre notre petite île, que nous n’avons depuis plus quittée, sauf pour une petite escapade au Nouveau-Brunswick. Un an donc.

J’aime pas les bilans, et de toutes façons il est tard, on vient de consacrer deux heures trente à une commande Ikea, parce qu’on doit quitter notre maison-gîte avant la fin du mois et qu’en terme de matériel vital, on n’a que deux matelas et une couette. Et deux lits de camp, mais ça, on les a depuis que notre conteneur est arrivé. J’espère quand même qu’il vont pouvoir rester au garage et que le reste va arriver. Je veux dire par là table, chaises, matelas, draps, literie,… en somme tout ce qu’on met raisonnablement des mois à acheter en temps habituel et qu’on est en train de faire en trois semaines. Ça a un côté amusant, étourdissant même par certains aspects, mais on rogne un peu sur les heures de sommeil. Je devrais aller dormir, mais je me disais que ça serait bête de manquer une telle occasion de rédiger un article.

Ce paragraphe m’a l’air aussi organisé que nous le sommes depuis 15 jours.

Bref, tout ça pour dire que ça fait un an qu’on est là, qu’on se réjouit de déménager, et que l’heure n’est pas vraiment au bilan vu l’agitation qui règne. On avance, c’est le principal !

Deux ou trois autres nouvelles cependant : j’ai été recruté par l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UPEI – prononcez Youpi y aille) pour l’an prochain. En plus de mon horaire d’enseignant (oui, Frédérique, désormais comme définitif), j’assurerai deux cours de perfectionnement en langue française (rappelez-moi un jour de relire les articles que j’écris, toujours un peu à l’arrache et souvent entre deux et trois heures du matin, aukazou un de mes étudiants viendrait par hasard à tomber dessus…) à destination principalement des fonctionnaires fédéraux et provinciaux (qui touchent une prime s’ils sont bilingues, ça motive).

Juliette et Héloïse sont en camp avec la JAFLIPE (Jeunesse Acadienne et Francophone de l’IPÉ). Trois jours remplis d’activités chouettes organisés par mon ami Daniel (qui avait aussi besoin d’un bénévole demain – oui, oui, je vais aller dormir…). C’est déjà lui qui s’occupait des cours d’impro pour Héloïse. Hélo a embarqué ses amies Eva et Harmony, et Juliette Chloé (avec qui elle a commencé à correspondre quand elle était en 5e année). Du coup Raphaël était un peu ému au moment de leur départ… heureusement qu’il y avait un beau bus pour le divertir !

On en a profité pour tenter un restaurant tibétain ce soir. Très savoureux mais ça piquait un peu… Il faudra que je fasse un article sur la diversité culturelle et culinaire qu’on trouve à Charlottetown. C’est assez extraordinaire tout ce qu’on peut trouver ici, issus des quatre coins du globe (même s’il n’y a pas moyen de trouver un frometon correct).

Je vous dois la deuxième partie de la fête de l’Acadie, notamment le concert de Vishtèn : ça va venir !

2 thoughts on “Premier canadanniversaire

  1. Geneviève says:

    merci Nicolas🤗 quel enthousiasme dans ton commentaire!
    je croise les doigts pour que le mobilier arrive rapidement et sans encombre!
    Bonjour à Marie qui doit certainement se réjouir aussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *