En pensées avec la Belgique

Avec le désastre qui frappe notre ville d’origine, en Belgique, j’ai hésité avant de publier cet article. C’est étrange d’écrire sur un sujet aussi léger que notre excursion du jour, alors que la désolation a laissé notre région dans le plus grand désarroi. On a suivi ça heure par heure, et on espère que le pays se remettra rapidement de cette catastrophe. Plusieurs amis canadiens et américains, inquiets, m’ont contacté en voyant les informations. Nous sommes tous abasourdis.

J’espère que cette modeste publication aura l’heur de vous changer les idées.

Nous avons roulé jusqu’à la plage de Thunder Cove, sur la côte Nord. Cette plage est assez caractéristique de l’île. La mer a découpé dans la masse de terre des falaises d’une petite dizaine de mètres. Le sol de l’île est principalement composé de sable qui a été compressé lors de la dernière glaciation, et ce qui peut apparaître comme du rocher est en réalité extrêmement fragile et friable. Chaque marée sculpte et modifie le paysage, qui devient presque vivant tant il évolue rapidement. Cela signe aussi un des malheurs de l’île : l’érosion. Autre élément bien visible du lieu : l’oxyde de fer qui donne à l’argile et au sable sa couleur rouge caractéristique. On se serait (presque) cru dans l’Utah !

Le clou du spectacle est la fameuse tasse de thé (Teacup) de Thunder Cove. On se demande combien de temps elle va encore tenir : la base est déjà percée à plusieurs endroits…


One thought on “En pensées avec la Belgique

  1. Geneviève says:

    Merci, pour ce message plein d’empathie…
    Nous sommes comme vous abasourdis et avons le coeur lourd.
    Pour ma part, si je m’étais tenue recluse dans la maison et que je n’avais pas suivi les informations, j’aurais pu me dire que la pluie battante durait vraiment trop longtemps mais sans plus, car dès qu’on se trouve en hauteur il n’y aucun dégât…

    Par contre en vallée, c’est apocalyptique et le mot n’est pas trop fort…
    Les infos soulignent les grands élans de solidarité, mais les hommes étant capables du meilleur et du pire, il y a aussi du vandalisme écoeurant.

    La population est divisée en deux: celle qui n’a rien subi et l’autre qui s’est vue impuissante face à l’arrivée de l’eau.
    Dans cette catégorie, se disent soulagés ceux qui n’ont que leurs caves inondées, mais pour d’autres cela peut aller du rez de chaussée inondé à la perte totale.
    A la vitesse où circule l’information vous le savez sans doute…

    Quatre de mes petits-enfants sont actuellement en vacances chez moi, il ne m’est donc pas possible d’aller donner un coup de main mais j’espère bien pouvoir d’ici quelques jours apporter mon aide, cela soulagera peut être la peine que je ressens face à mon impuissance et à ma situation de privilégiée. Personne chez mes proches n’a eu à souffrir de ce cataclysme.

    Continuez à nous partager vos aventures et vos découvertes.
    Et profitez du beau temps😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *